Pas encore inscrit ? | Passe oublié
12/11/2012 18/11/2012 - | 0 article | 97 photos

Album Photos Stage de survie Denis Tribaudeau au Maroc nov 2012

Une belle aventure ! merci à Mouss et Hamed et bien sûr à Maurice … Janvier 2013.

Depuis plusieurs mois, Nous avions conçu un tracé montagneux en plein cœur du Haut Atlas dans une région méconnue et fabuleuse du Maroc pour effectuer le « numéro 0 » du stage de survie marocain. Mais, les conditions météo en ont décidé autrement. Tempête de neige et routes coupées ont eu raison de notre volonté. Mais la survie c’est s’adapter ! nous décidons d’élaborer en urgence (une nuit) un nouveau projet, cartes géographiques, contacts sur place, réservation de véhicule, chamelier, etc … En 24 heures, nous sommes passés du rêve de toucher les plus hauts sommets africains, à celui de survivre dans le désert. Pas mal non plus …

Nous partirons donc en 4x4 pour 5 heures de route dans la région du Bani au sud Marocain.

Petit passage de col à 2200 mètres d’altitude, lacets et virages à l’infini, rocailles, palmiers, ligne droite interminable, vent chaud dans les cheveux, dromadaires, chèvres et nid de poules en guise de pièges routiers. Nous arriverons à la nuit en plein cœur du désert au pied une petite montagne dans un environnement complètement minéral. Heureusement une oasis nous donne un peu de fraîcheur et de verdure, la mise en route sera rapide ! Durant plus de 4 nuits et 5 jours, nous allons parcourir 3 déserts différents, rocailles, lac asséché et dunes de sables. Les oasis nous sauveront la mise plusieurs fois, les plantes et petits animaux du désert nous alimenteront avec un petit complément de pain cuit sous le sable (un véritable délice du soir) et bien sûr, l’incontournable thé à la menthe… !

 

L’apprentissage des techniques de survie en milieu désertique :

L’orientation : parachuté dans un endroit inconnu et désertique, c’est le soir du premier bivouac, muni d’une carte et d’une boussole, que nous traçons notre parcours pour rejoindre dans 5 jours une piste où un 4x4 nous récupèrera.

Face au soleil et à la déshydratation, nous nous abritons au maximum sous nos chapeaux et marchons tôt le matin. Nous faisons des provisions d’eau dans les oasis que nous traversons, et nous la rendons potable par différents procédés.

La fabrication du feu, sans briquet ni allumette, nous faisons du feu par friction avec les essences de bois trouvées dans le désert.

La nourriture ; nous la glanons tout le long du trek, et faisons des pièges le soir à proximité du bivouac. Nous apprenons également diverses techniques Touaregs pour la fabrication et la cuisson du pain.

Le bivouac se fait à la belle étoile ; c’est le meilleur moyen d’observer les astres.

 

Le désert de pierre : Pour moi, il restera le plus éprouvant avec son tapis de pierres et rochers nous barrant le chemin. Les décors époustouflants récompenseront nos efforts : collines, canyons, grottes et décors lunaires. La chaleur sera atténuée par les maigres zones d’ombre trouvées, nous permettant de recharger les batteries. Sous les pierres, la vie ! des lézards, écureuils, sauterelles, serpents, chauves-souris et même scorpions profitent de ces nombreux abris pour y nicher : une bonne source de nourriture à ne pas négliger !

 

Le lac asséché : une immense étendue plate au sol dur et chaud, aucun relief à l’horizon ! les sédiments sous nos pieds se craquellent et dessinent une gigantesque résille. Des coquillages fossilisés nous rappellent l’ancien décor de la région. Le soleil de plomb nous dicte le seul objectif de la journée, rejoindre l’oasis vu le matin sur la carte. Seules de maigres plantes feront le menu du jour, agrémentées de quelques criquets.

 

Les dunes de sable : c’est le fantasme absolu, avec la douceur du sable blond sous les pieds nus le soir au coucher du soleil. Des paysages qui changent au fur et à mesure de la course du soleil. Les nuits sont à la fois fraîches et douces. Les ressources végétales sont précieuses … Heureusement, de nombreuses empreintes trahissent la présence de « bestioles » à manger ! mais le coyote veille lui aussi …

En moins d’une semaine, nous sommes devenus des « Petit Prince » ou des « Lawrence d’Arabie », tellement VIVANTS par cette expérience unique !

Ceci n’aurait pas été possible sans un bon équipement ! De la tête aux pieds, un grand merci à Jack Wolfskin.

 

Devenez Tripper !
Mes trips Carte de mes trips
Mes derniers commentaires reçus
  • Par Herve sur

    Le Maître au repos

Mes derniers commentaires envoyés
Zoom sur ...

© 2018 Tripper-Tips.com | CGU | Pub | Contacts | Support | Partenaires |Tripper-Tips.com en page d'accueil